Station du Faubourg

Brève histoire de la suspension automobile

Brève histoire de la suspension automobile

Les premières voitures connues, dès l'Antiquité et l'âge du bronze, reposait sur des poutres longitudinales en bois flexible qui fait ressort à la manière d'un arc. On connaît dès l'Antiquité des véhicules à ressort métallique longitudinal.

Les voitures du XVIIe siècle ont une caisse « suspendue » à un châssis rigide à poutre unique supportant les essieux et les roues, par l'intermédiaire de soupentes constituées de longues bandes de cuir. Au XVIIIe siècle est introduit le châssis à deux poutres qui retient la caisse en cas de rupture d'un anneau de suspension. Le début du XIXe siècle voit apparaître des suspensions à lames d'acier (ressorts à lames cintrées, dès 1805), issues des nouvelles inventions de la révolution industrielle.

Les premières automobiles reprennent les suspensions à lames des voitures à chevaux, puis les ressorts se perfectionnent, pour aboutir aux lames semi-elliptiques accompagnés d'amortisseurs, toujours en usage sur les véhicules lourds : camions, véhicules militaires, engins de travaux publics.

Les ressorts hélicoïdaux (avec amortisseurs hydrauliques) sont montés sur la plupart des voitures depuis le milieu du XXe siècle. Ces systèmes sont simples, robustes et confortables. Ils contribuent aussi à une très bonne tenue de route, et donc à la sécurité des voitures modernes.

La suspension hydropneumatique est un type de suspension très élaboré, basé sur la suspension oléopneumatique mise au point en 1954-55. La suspension hydropneumatique, très confortable, n'est disponible que sur certaines modèles haut de gamme.

 

Source : Wikipédia